séminaire Anis Boubaker

Un séminaire LATECE présenté par Anis Boubaker, qui sera sa répétition pour sa soutenance du 28 septembre. 
Quand? Mercredi 21 septembre à 12h15
Où? PK 4610
Qui? Anis Boubaker,doctorant en informatique.
*Titre* La modélisation semi-automatisée de la compensation dans les
processus d’affaires.
*Résumé*
Les entreprises implantent des systèmes d’information pour soutenir leurs processus d’affaires. Cependant, avant que les processus ne puissent être implémentés, ils doivent être définis et leurs objectifs établis. La définition des processus d’affaires implique leur formalisation sous forme de modèles où les analystes d’affaires définissent la séquence d’activités nécessaires dans le but de réaliser les objectifs d’affaires de l’entreprise. Ce- pendant, dans leur tâche, les analystes se concentrent souvent uniquement sur la modéli- sation des chemins « normaux » du processus d’affaires, à savoir, la séquence d’activités si tout se passait tel que prévu.
Les chemins d’erreurs sont ainsi souvent ignorés et, parmi les raisons évoquées, les analystes citent la complexité de la tâche et le manque d’outils à leur disposition. Or, les erreurs possibles sont nombreuses et ne sont pas des détails d’implémentation, mais
des problèmes métiers. Certains auteurs vont jusqu’à affirmer que la modélisation des chemins d’erreurs dans les processus d’affaires monopolise entre 60% et 80% de l’effort de modélisation.
La modélisation et la gestion des chemins d’erreurs dans les processus reposent sur plusieurs techniques. Parmi ces techniques, la compensation permet d’annuler les effets du processus d’affaires, suite à un avortement du processus, en engagent des actions ayant sémantiquement les effets inverses de ce qui s’est produit durant l’exécution.
Dans cette thèse, nous proposons une méthodologie semi-automatique pour la modéli- sation des processus de compensation des processus d’affaires, dans le but de fournir un cadre et des outils pour assister les analystes d’affaires dans la modélisation de leurs processus de compensation. Au meilleur de nos connaissances, aucune approche n’a été proposée pour répondre à cette problématique.
En effet, les travaux de la littérature ayant porté sur la compensation se sont intéressés uniquement aux aspects techniques de séquencement et d’exécution des processus de compensation, et aucun ne s’est intéressé à la modélisation des chemins de compensation.
Or, nous croyons que la compensation est avant tout un problème métier et qu’elle doit être traitée sous cet angle.
Notre approche de modélisation des processus de compensation repose sur une analyse métier du processus d’affaires dans le cadre de l’ontologie REA. Nous proposons un cadre en quatre étapes visant à construire des modèles de processus de compensation à partir d’un modèle de processus d’affaires. Dans la première étape, qui est au coeur de notre approche, nous avons identifié les paramètres métiers décision- nels de la compensation sous la forme de sept facteurs de compensation. Grâce à ces facteurs, nous sommes en mesure d’éliciter les activités de compensation d’un proces- sus
d’affaires et de construire les modèles de compensation qui renversent intégralement les effets d’exécution d’un processus.
Ensuite, nous nous intéressons à la problématique des compensations partielles. Celles-ci permettent de compenser un processus d’affaires ayant avorté jusqu’au point duquel il peut corriger son état et reprendre son exécution. À ce titre, nous proposons une approche basée sur la technique du tranchage (slicing), que nous adaptons au contexte des processus d’affaires, et un ensemble d’heuristiques que nous proposons. Ces deux étapes reposent sur le modèle métier du processus d’af- faires, exprimé en REA, que nous considérons comme donné, et produisent un processus de compensation, également exprimé en REA. Ainsi, la troisième étape de notre métho- dologie concerne la construction du modèle métier du processus (en REA) à partir de son modèle dynamique (BPMN). Pour ce faire, nous proposons un ensemble de motifs structurels et comportementaux et de règles de transformation. Finalement, la dernière étape concerne la réciproque, à savoir la transformation d’un modèle métier REA en un modèle dynamique. Ainsi, notre méthodologie en quatre étapes nous permet d’obtenir un modèle de processus de compensation en BPMN à partir du flux normal du processus, également en BPMN.
Nous proposons une implémentation pour chacune des approches et nous avons validé nos travaux à travers deux études empiriques. Ces études ont montré, principalement, que notre approche de modélisation des processus de compensation (1) permet d’identifier des activités de compensation avec un taux de précision de 90% et un taux de rappel de 84% et (2) que les analystes d’affaires interrogés reconnaissent l’utilité pratique de l’approche et expriment leur intention de l’utiliser.

Comments are closed.